Yeu depuis l’eau

yeu-tst

Après le tour de l’île sur la terre, nous avons eu la chance d’admirer Yeu depuis la mer.

“Rendez-vous à 12h30 sur le ponton du port de plaisance, emplacement i70, bateau Fennec”, nous avait prévenu Yves, le capitaine, que nous avions rencontré sur le port la veille avec sa femme Odile. Ces grands-parents parisiens passent une grande partie de l’année dans “l’île aux merveilles” comme ils aiment l’appeler. Nous avons donc embarqué pour un pique-nique familial avec Yves, Odile et leurs petits-enfants Valentin, Astrid, Olivia, Clotilde, Bénédicte et Marthe… Nous quittions donc Port-Joinville en direction de la pointe des Corbeaux… Vue d’en bas , la côte rocheuse révèle tout son éclat, les sentiers abandonnés laissent la nature s’exprimer… Nous n’avons pas vu un chat, à croire que l’île nous appartenait!

“Tradition familiale oblige, nous allons pique-niquer au pied du Vieux Château, dans une petite crique”annonce Yves en jetant l’ancre à 10 mètres du rivage. Une fois les moteurs éteints, nous n’avions plus qu’à contempler le spectacle qu’on nous offrait: une plage abandonnée dans une petite crique cachée, un Vieux château en ruines tombant dans une eau bleu marine… “Savez-vous qu’ Hergé s’est inspiré de ce château pour écrire l’île noire dans les aventures de Tintin?” nous explique Marthe, l’aînée des petits-enfants… Après une baignade dans cet endroit paradisiaque, nous avons poursuivi notre tour de l’île en passant par le Port de la Meule, croisant quelques voiliers, des barques de pêcheurs ainsi que des bouées de toutes les couleurs…

Nous avons fini notre riche journée en mer par un verre avec le Capitaine et tous les moussaillons descendus du pont…

Plein les Yeu(x)

tst-yeu

Mercredi matin, à l’aube, nous avons quitté Noirmoutier qui commençait à se réveiller avec ses pêcheurs et leurs filets pour rejoindre Fromentine, de l’autre côté du pont. De là-bas, nous avons embarqué dans un ferry direction l’île d’Yeu. 2 septembre, jour de la rentrée, les vacances sont terminées, l’île retrouve son calme et sa sérénité après l’ébullition de l’été…

Dès notre arrivée à Port-Joinville, nous avons loué des vélos avant d’être très gentiment accueillis par Joëlle, notre hôte qui habite le Marais salé.
Après un déjeuner dans son beau et grand jardin très soigné, nous sommes partis à bicyclette faire le tour de l’île qui fait 40 km.
Avec ses côtes rocheuses, son eau transparente, ses chemins de terre usés, ses sentiers fleuris et ses Méhari, Yeu est un petit îlot très sauvage, plein de charme, en dehors du temps et des gens. Son aïeul, le Vieux château, forteresse en ruines à la fois magistrale et austère surplombe la mer et la surveille.
Nous avons dévalé les chemins longeant des plages cachées dans des criques toutes plus belles les unes que les autres: les Soux, les Vieilles, les Fontaines…avant de faire une pause dans le charmant petit port de la Meule au-dessus duquel trône la ravissante chapelle Notre-Dame de Bonne Nouvelle. Les couleurs des bateaux, des cabanes de pêcheurs, perchoirs des oiseaux se reflétaient sur l’eau nous offrant un spectacle lumineux et merveilleux!
Après un passage dans les ruelles de Saint-Sauveur, village typique et authentique, nous avons fini notre périple en prenant un verre sur le port, aux côtés des islais “à l’heure heureuse”…

Noirmoutier ensoleillée, coquillages et crustacés

tst

La pluie à Noirmoutier, cela ne devait pas durer… Dès mardi matin à notre lever, le beau temps est arrivé !

Au Bois de la Chaise, en terrasse de café, face à la mer, nous avons dégusté notre petit-déjeuner, tout en se réchauffant au soleil levant…

Cabanons blancs alignés sur le sable doré, bateaux amarrés au milieu desquels nagent des habitués et vacanciers, le Bois de la Chaise est un coin préservé, jalonné de criques magnifiques! Des trésors bien cachés trônent derrière les fourrés: des maisons huppées du 19e siècle, ancêtres de l’île, témoignent de son Histoire et de son authenticité soignée. La lumière éclatante donne à l’eau une couleur impressionnante pouvant même faire rougir la Méditerranée!

Passage obligé à Noirmoutier, nous nous sommes ensuite rendus au Gois que nous avons traversé. Une route encore mouillée autour desquels de nombreuses familles, des hommes et des femmes équipés de bottes et de paniers pratiquaient la pêche à pied… “Que cherchaient-ils?” leur avons-nous demandé? Des palourdes, des coques, des moules, des huîtres ou encore des pétoncles… Il fallait faire vite avant que la marée remonte! Deux heures plus tard, la route n’existait plus, les panneaux dépassaient à peine à la surface de l’eau…

Derrière le Gois, “le polder de Sébastopol”, la réserve naturelle de l’île abrite des centaines d’oiseaux que nous avons pu admirer en sillonnant les sentiers. Après une pause bien méritée sur la plage de l’Océan, nous avons fini la journée en parcourant la jetée de Noirmoutier qui offre une vue imprenable sur son château et ses marais salants…

Nous voilà arrivés à Noirmoutier !

photo-blog-noirmoutier

No, nous voilà!

Après quelques heures de route à bord de notre Ouicar, nous avons rejoint la presqu’île vendéenne sous une pluie diluvienne… “Les grandes marées” qu’ils disaient… Cela devrait se calmer…

Le réconfort après l’effort, nous l’avons largement trouvé dans notre cosy Airbnb… Déco rétro, bois, cuir et formica, le design était bien là !

Après une bonne nuit de sommeil, nous sommes partis à la découverte de l’île… Où aller ? Que faire ? Que voir ? Pascal, le directeur de l’office du tourisme nous a très gentiment reçus afin de nous conseiller sur les spots à ne pas manquer…

Noirmoutier, c’est quoi ? Ce n’est pas Ibiza…Avec 9000 habitants à l’année et 100 000 l’été, la presqu’île vendéenne est une terre d’accueil familiale et conviviale… A découvrir à vélo ou à vol d’oiseaux, c’est une oasis pleine de secrets bien cachés qui ne se dévoilent qu’à ceux qui se donnent la peine de les dénicher…

L’économie locale dans cette île familiale? Les Noirmoutrins vivent du tourisme mais également des champs de pommes de terre et des marais salants… Nous avons eu la chance de découvrir ces derniers avec Bruno, un jeune saunier de Noirmoutier. Après une visite commentée sur le processus de récolte du sel, nous avons pu déguster: du sel au paprika, à l’origan, au poivre ou encore aux piments, il y en avait de toutes les couleurs et de toutes les saveurs.. La saison salée est terminée, la pluie l’a achevée, nous étions les derniers chanceux à pouvoir en profiter….

Île d’Yeu/Noirmoutier : découvrez les portraits de nos voyageurs

equipe-noirmoutier

Pierre-Axel, Ombeline et Loÿs sont trois frères et sœurs et surtout trois voyageurs férus de nouvelles découvertes, voici leur portrait !

Pierre-Axel, l’aîné a 27 ans. Organiser, encadrer, le côté pratique, la logistique, il connaît. Notre boussole ne perd pas le Nord. Après avoir fait des études de commerce à Lyon pendant lesquelles il a beaucoup étudié et voyagé à l’étranger, il a fini par poser ses valises à Paris. Anciennement dans l’événementiel automobile, il rejoint l’Equipe dans le secteur de la publicité.  Passionné de Snowboard et de glisse, ce sportif téméraire adore nous faire partager ses runs avec sa GoPro.

Ombeline a 24 ans. C’est la journaliste-reporter de la famille. Après avoir passé cinq ans à Sciences Po dont une année à Londres, elle est maintenant en école de journalisme, adore la photo et la radio. Hyperactive, elle pratique la course à pied, les treks en haute-montagne, le kayak, le paddle, la randonnée… Elle a notamment fait le tour de l’Europe avec son sac à dos. Rencontrer des gens, n’importe où, n’importe quand, les enregistrer avec son nagra et son pola ; en résumé, discussion, partage et transmission ? Ses passions !

Loÿs, le cadet, a 22 ans. C’est l’artiste, le musicien de la fratrie. Etudiant en école de commerce, il est DJ à ses heures perdues et sait mettre l’ambiance à tout moment. Un peu geek sur les bords, il maîtrise parfaitement Instagram, Twitter où il partage sa passion et ses sons avec ses followers. Il surfe sur les réseaux sociaux aussi bien que sur les vagues de Bali ou Lacanau ! Avec lui, la vie est rythmée et parfois même un peu perchée…

 Cette dernière semaine du Sharing Tour des plus belles îles de France s’annonce pleine de découvertes !

Suivez leur expérience grâce aux photos et vidéos postées via Facebook, TwitterInstagram et notre chaîne Youtube thesharingtour !

Jour 6 : Derniers instants magiques à l’île rousse

IMGP0336 IMGP0348 IMGP0353 IMGP0354 IMGP0355 IMGP0356
Nous entamons la dernière étape de notre périple, l’île Rousse. Le voyage fut bref et à peine arrivé à destination, nous prenons contacte avec la propriétaire airbnb qui nous héberge. Le lieu est idyllique, le petit appartement que nous louons se trouve en pleine campagne, nous sommes entourés par les montagnes et d’immenses pins protègent notre petit nid douillet du soleil. Nous cohabitons avec toutes sortes d’animaux : aigles, moutons, chiens et chats. Ce refuge animalier n’est qu’à quelques kilomètres d’une petite plage sauvage où nous nous rendrons plus tard dans la journée.
Pour l’heure, il est temps d’aller à l’office du tourisme afin d’en savoir plus sur le déroulement de notre journée. Une fois de plus des goodies nous sont offerts sur place et le personnel prend même le soin de réserver un restaurant au bord de la plage pour y organiser notre meeting de fin de séjour. Une visite guidée accompagnée d’une dégustation est prévue dans l’après-midi. Il est bientôt midi et nous décidons d’acheter de quoi pic-niquer pour manger sur la plage que nous avions repéré plus tôt dans la journée. Le sable blanc et fin que l’on foule nous caresse les pieds tandis, l’eau turquoise qui s’y échoue appelle à nous baigner et le soleil nous promet un bronzage parfait à condition de se protéger un minimum… Équipés de masques et de tubas nous allons explorer les fonds marins et nager avec des poissons aux milles et une couleurs. Notre baignade terminée, nous entreprenons de faire le tour de la plage afin de distribuer flyers et goodies aux plagistes et les inviter à notre petit apéritif dînatoire en début de soirée.
Vers 16h nous quittons la plage pour nous rendre au port où nous avions réserver plus tôt dans la semaine une sortie en paddle. Les premiers essais sont peu concluant mais très vite, notre fine équipe réussi à dompter la mer et nous voilà tous trois parti pour une balade d’une heure autour des iles de granite rouge qui donne son nom à la ville : isula rossa. Les paysages qui nous entourent pourraient parfaitement trouver leur place dans un documentaire, c’est tout bonnement à couper le souffle ! Faute d’avoir pu prendre un appareil photo, c’est avec nos yeux que nous prenons les clichés. Avec cette dernière destination on peut dire que notre voyage se clôture en beauté ! Après avoir rendu les planches nous retrouvons notre guide à l’office de tourisme qui nous attend pour nous faire visiter la ville. Ce dernier nous retrace l’histoire de Pascal Paoli, figure emblématique de la Corse qui s’est battu pour l’indépendance. Son récit est captivant. Le guide nous fait découvrir les différents monuments de la ville dont un somptueux palais qui surplombe un petit port de plaisance. La visite se clôt par une dégustations de produits corses dans une épicerie fine. Charcuterie, formages et vins réveillent nos papilles. En fin de journée nous rentrons à l’appartement, il faut nous préparer pour la soirée. Ni une ni deux, nous voilà sur notre 31 prêt à recevoir nos invités pour déguster tapas et cocktails et présenter Boaterfly aux locaux comme aux vacanciers. Les entrevues se multiplient au fur et à mesure de la soirée et le contacte passe bien. Les personnes que nous abordons sont tout de suite séduites par la plateforme de location de bateaux que propose Boaterfly. Nous glissons même le numéro de Patrick, notre skipper lors de notre balade en mer du jeudi à un couple qui cherchait justement une location à Santa Maria. Notre soirée s’achève assez tard et nous rentrons nous reposer afin d’être en forme pour reprendre le ferry vers le continent le lendemain matin. Une chose est sûre nous n’oublierons jamais cette semaine de rêve, cette île pleine de surprises et les rencontres que l’on y a faite.
IMGP0357 IMGP0361 IMGP0372 IMGP0379 IMGP0381

Jour 5 : sortie en mer pour l’équipe du sharingtour !

blog-corse

Mercredi matin, l’équipe du Sharing Tour se lève aux aurores pour prendre la route de Santa Maria où les attend Patrick, propriétaire d’un bateau sur Boaterfly. Cette sortie en mer dépasse de loin nos espérances. Une chose est sûre, Patrick est un skipper hors pair. Souriant, à l’écoute de ses trois mousses et blagueur il a sut nous mettre à l’aise en un rien de temps. Lorsque nous sortons du port, la mer est agitée par la houle mais déjà le bateau de Patrick affiche les 7 nœuds, il faut avoir le cœur accroché mais les sensations procurées sont incroyables.

Il nous propose de nous mettre à tour de rôle sur le devant du bateau afin de profiter au maximum de ce rodéo aquatique. Le soleil est aussi de la partie et rajoute à cette journée enchanteresse encore plus de magie ! Après avoir navigué un peu plus d’une heure à contempler le littoral qui borde les hautes montagnes corses, Patrick nous invite à petit déjeuner sous une paillote. Nous amarrons le bateau et nous voilà tous les quatre à l’eau, les bras levés afin d’éviter de faire sombrer notre butin : croissants et autres viennoiseries que nous a gentiment offert celui que l’on nomme déjà « capitaine ». C’est le ventre plein que nous regagnons la mer et Patrick nous invite à prendre la barre sous ses conseils avisés. Un peu plus loin, nous sautons à nouveau à l’eau, équipés de masques et de tubas pour explorer les fonds marins.

Vient l’heure du déjeuner, nous regagnons le port pour manger sur le bateau et partager de bons moments avec notre hôte. Les yeux émerveillés et des images plein la tête, nous quittons Patrick pour reprendre la route de Bastia où nous attend une visite guidée de la brasserie Pietra. Cette bière corse est le fruit d’un long processus de fermentation du houblon mélangé à des arômes de châtaigne, le tout brassé avec de l’eau de source prélevée directement sous la brasserie. Le résultat est saisissant, la Pietra est excellente mais, notre sortir en mer n’aidant pas, nous nous contentons de la visite et passons outre la dégustation.